Digérer en plusieurs fois

Arbre phylogénétique montrant la position des ruminants dans l’arbre de la vie

Les ruminants se nourrissent d’herbes et de plantes, dont la cellulose est difficile à digérer. Cette molécule est pourtant riche en énergie, car c’est un polymère de molécules de glucose, une des bases de notre métabolisme énergétique. Afin d’exploiter cette ressource, les ruminants ruminent, et donc mâchent plusieurs fois l’herbe qu’ils ont brouté, en faisant des va et vient entre la bouche et l’estomac, qui est plus complexe que le nôtre. En plus de cette action mécanique, les ruminants sécrètent beaucoup de salive et ont recours à des microorganismes qui les aident à digérer l’herbe. Ainsi, dans la panse des ruminants, des bactéries, par exemple du genre Ruminococcus, cassent le cellulose en molécules de glucose. Une partie du glucose est ingéré par l’animal, mais le reste est utilisé par d’autres microbes comme source d’énergie, ce qui produit des molécules d’hydrogène, qui sont alors utilisées par d’autres microorganismes, des Archées, qui produisent du méthane… Ce méthane est relargué, principalement par la bouche, lorsque la vache éructe. Sur un an, la quantité de méthane produite par une vache laitière est de plus de 100kgs, ce qui fait de l’agriculture intensive un important contributeur à la production globale de méthane, et donc au réchauffement climatique. De nombreuses études s’intéressent au fonctionnement de la panse des ruminants, ce qui a notamment conduit au développement des fameuses “vaches à hublot”…